En Amérique du Sud : la vidéo du voyage !

C’est en réalisant que je commençais ce grand voyage en Amérique du Sud il y a presque un an que je me suis dit qu’il était vraiment temps de m’atteler au montage de la vidéo… Alors elle est là, toute fraîche, et en moins de 3 minutes je vous emmène avec moi visiter quelques uns des plus beaux endroits que l’Amérique du Sud a à offrir !

N’oubliez pas de cliquer sur « HD » pour profiter de la meilleure résolution d’image !

 

En Amérique du Sud : mon voyage en quelques chiffres…

Vous ne serez pas étonnés d’apprendre que j’avais un tableur Excel de compétition pour préparer mon voyage, et que je l’ai utilisé afin de suivre mes dépenses… En effet, en préparant mon voyage un des sujets pour lesquels j’ai eu le plus de mal à trouver des informations était celui du budget : combien prévoir pour chaque pays ? J’arrivais à trouver des données de coûts journaliers, mais sans la répartition des dépenses… Or, je savais que j’allais dépenser plus que la moyenne sur certains postes (avion/activités) mais que j’étais en mesure d’être très économique sur d’autres (logement/nourriture). Vous trouverez donc ci-dessous toutes ces infos, qui pourront vous être bien utiles si vous prévoyez un voyage en Amérique du Sud ! Tous les coûts sont en euros, avec le taux de change en vigueur lors de mon passage (automne-hiver 2016).

Et puis, comme c’est toujours intéressant de parler de lamas et de Pisco Sour, ils font aussi partie de la liste…

Diapositive1

infographies pour blog

Diapositive3

Diapositive4

Diapositive5

Diapositive6

Mon voyage en 20 photos

Aujourd’hui est mon dernier jour de voyage, cela fait maintenant plus de 10 semaines que je suis partie… Je m’envole cet après-midi pour Mexico, j’en profite pour revenir rapidement, en photos, sur ce grand périple !

1. Les chutes d’Iguazu, Foz do Iguaçu, Brésil

Une des premières étapes de mon voyage a été aux chutes d’Iguazu… ou plutôt d’Iguaçu car j’ai commencé par le côté brésilien, que l’on voit sur cette photo. Je m’attendais à quelque chose de fou, et je n’ai pas été déçue ! Je me suis sentie toute petite face à ces gigantesques et puissantes cascades… Le lendemain je visitais le côté argentin, différent mais tout aussi impressionnant !

2. Pingouin Magellan, Punta Tombo, Argentine

Première journée en Patagonie dans la réserve de Punta Tombo où des millions de pingouins Magellan viennent chaque année pondre. Nous nous sommes promenées dans la réserve, entourées de ces minuscules pingouins avançant sans crainte au milieu des humains qui s’y promènent… Magique !

3. Marcher sur le glacier Perito Moreno, Argentine

Chaussées de crampons, avec Charlotte et Hanna, nous sommes allées nous promener sur le Glacier Perito Moreno, probablement un des glaciers les plus célèbres du monde. On était heureuses comme des gosses, sous un soleil resplendissant !

4. Trek jusqu’à la Laguna de los Tres, aux pieds du Fitz Roy, près d’El Chalten, Argentine

Plus de 25 kilomètres de trek ce jour là, avec des dénivelés à faire pâlir les plus motivés… Mais on l’était, motivées ! La première partie du trek se termine dans la neige, la lagune est encore gelée, mais toute la splendeur de la Patagonie est là, la cordillère des Andes, le Fitz Roy… et l’aiguille Saint Exupéry ! On renomme ce trek dans « Mon Fitz ma bataille » et ça nous fait bien rire. La fatigue ?

5. Trek jusqu’à la Laguna Torre, près d’El Chalten, Argentine

Le lendemain du trek décrit ci-dessus, pleines de courbatures on décide quand même de s’élancer dans l’autre « gros trek » du coin. Il nous paraîtra bien facile et on le bouclé plus rapidement que prévu, mais la beauté de la lagune que l’on atteint n’est pas moins belle que prévue, bien au contraire. Une lagune qui fond, on n’avait jamais vu, et c’est vraiment pas mal…

6. Cinq jours de trek dans le parc national Torres del Paine, Chili

Équipées comme jamais on attaque pour la première fois de nos vies un trek de cinq jours en autonomie totale. On ne sait pas à quoi s’attendre niveau météo, la Patagonie étant connue pour ses grands caprices climatiques… Au final, énormément de chance, grand soleil pendant quatre jours et demi… Puis de la neige (pourquoi se contenter de pluie ?). Cinq jours extrêmement fatiguants, physiquement comme mentalement, mais si c’était à refaire on y retournerait sans hésiter. Cinq jours au milieu de paysages à couper le souffle, durant lesquels se succèdent les points de vue qui font oublier le poids du sac et les muscles qui rendent l’âme ! 

7. Survoler Ushuaia à la tombée du jour, Argentine

On a eu la chance de survoler Ushuaia en tout petit avion, Charlotte, moi et « notre » pilote. On vole entre le Mont Olivia et les montagnes autour, le soleil le couche et le ciel s’enflamme, le canal de Beagle et le phare Les Eclaireurs sont plutôt pas mal vus de haut…

8. Flamant rose au Salar de Atacama, près de San Pedro de Atacama, Chili

Le jour se lève à peine, l’eau du Salar est encore calme et un des nombreux flamants roses qui y sont est en train de manger… Le reflet est presque parfait ! Je suis maintenant dans le nord du Chili, en train d’explorer la région autour de San Pedro de Atacama, l’endroit le plus sec du monde.

9. Laguna Colorada, Sud Lipez, Bolivie

Maintenant en Bolivie, en route vers le Salar de Uyuni les paysages sublimes se succèdent mais ne se ressemblent pas… Ici une lagune rose, au petit matin.

10. Salar de Uyuni, Bolivie

On y est ! Le plus grand Salar du monde, et un des endroits qui me fait rêver depuis des années. Nelly est arrivée, la deuxième partie de mon voyage commence, et on immortalise nos retrouvailles dans ce bel endroit…

11. Descendre à vélo la route la plus dangereuse du monde, près de La Paz, Bolivie

Cette route à flanc de falaise dévale des centaines de mètres d’altitude sur quelques kilomètres, la végétation est luxuriante, la route en terre battue est mouillée par les petites cascades qui s’y échouent… Et nous on la descend en VTT !

12. Coucher de soleil sur le lac Titicaca, Copacabana, Bolivie

À la frontière entre la Bolivie et le Pérou, le lac Titicaca est le plus haut lac navigable du monde ! On termine notre séjour en Bolivie dans la ville de Copacabana, et notre hôtel sur les hauteurs de la ville nous offre des couchers de soleil imprenables sur le port.

13. Monastère Santa Catalina, Arequipa, Pérou

Nous voilà maintenant au Pérou, et je tombe littéralement amoureuse du Monastère Santa Catalina…

14. Salineras de Maras, près de Maras, Pérou

Dans la Vallee sacrée, on découvre les Salineras de Maras, une des plus grosses productions de sel du pays. Des centaines de bassins de sel, enclavés dans une vallée verdoyante… Superbe !

15. Machu Picchu, Pérou

J’en rêvais depuis des années, j’ai encore du mal à réaliser que j’y étais ! La splendeur de ce lieu est bien réelle, on découvre l’histoire supposée de sa construction, on se balade au milieu des ruines… Une journée magique.

16. Oasis de Huacachina, Pérou

Après plusieurs semaines en altitude et dans le froid, on n’est pas mécontentes de se mettre en shorts et tongs ! On découvre l’Oasis de Huacachina, on va faire du sandboarding dans les dunes de sables du désert qui l’entoure, on redécouvre avec joie le soleil… Le bonheur !

17. Réserve nationale de Paracas, Pérou

On loue des VTT puis partons explorer la réserve de Paracas, pas vraiment plat comme on pensait, le soleil brille et nos cuisses brûlent ! On découvre une incroyable plage de sable rouge, et des falaises à perte de vue.

18. Pingouins Humboldt, Islas Ballestas, Pérou

Passion pingouins épisode 2, au Pérou maintenant ! Ici ce sont des pingouins de Humboldt et il y en a beaucoup moins qu’à Punta Tombo mais ils sont tout aussi mignons.

19. Trek jusqu’à la Laguna 69, près de Huaraz, Pérou

On reprend les bonnes habitudes de trek, j’avais un peu oublié… J’avais découvert cette lagune sur Instagram quelques mois avant mon départ, et j’avais décidé que j’irai coûte que coûte. Alors après un départ à 5h du matin, 2h de bus et 3h de marche, quand j’arrive en face de cette lagune… J’oublie tout ça, et je resté bouche bée devant la beauté de ce paysage. Malheureusement, aucune de mes photos n’arrive à la cheville de la splendeur de cette lagune, mais ça vous donne une idée…

20. Huanchaco, Pérou

Après dix grosses semaines de voyage en restant en moyenne deux nuits à un endroit, je suis contente de terminer cette aventure au bord de la mer, dans le nord du Pérou… Je pensais faire du surf mais l’eau est vraiment trop froide alors je préfère bronzer et lire tranquillement sur la plage !

En Argentine : trois jours au bout du monde, Ushuaia !

Rien que le nom nous donnait des frissons… USHUAIA ! Cette ville dont on entend parler depuis toujours et qui laisse imaginer les voyages les plus lointains, les aventures les plus épiques… Et du gel douche, certes. Cette « ville du bout du monde » est un symbole en soi, et bien que tous les guides disent qu’y passer n’est pas essentiel si ce n’est pour dire qu’on y est passé, nous avions décidé d’y terminer notre aventure vers le sud du sud. Nous avons ainsi passé trois jours à Ushuaia, concluant trois semaines intenses en Patagonie et en Terre de Feu, nous faisant découvrir monts et merveilles… Et nous n’avons pas été déçues du voyage !

Que faire à Ushuaia ?

Pas le temps de s’ennuyer tant la liste d’activités proposée est longue… Mais tout est très cher, c’est bien le seul frein. Il est par exemple possible de faire une expédition en Antarctique, qui dure au minimum 12 jours et qui coûte aux alentours de 3000 ou 4000 USD, mais ça ne rentrait pas franchement dans notre budget ni dans notre emploi du temps :)

#1 Le parc national Tierra del Fuego

Non loin de la ville se trouve un grand et beau parc national, dans lequel il est possible de faire de bonnes promenades et de profiter des paysages. Pour être tout à fait honnête, ce parc n’a rien d’extraordinaire si vous venez de faire Torres del Paine, Chaltén etc… Mais il reste tout de même fort agréable et les balades sont faciles, ça change ! 

La balade qui nous avait été recommandée et que nous avons faite est celle partant de la Bahia Lapataia et remontant jusqu’au Lago Roca, qui permet de voir beaucoup de choses différentes en quelques heures (le circuit se fait en 3 heures à rythme tranquille).

  • Transfert depuis Ushuaia : 400 ARS A/R
  • Entrée du parc : 210 ARS

#2 Le canal de Beagle

Il n’y a que 4 passages entre l’océan Atlantique et l’océan Pacifique : le canal du Panama, le détroit de Magellan, le canal de Beagle et le Cap Horn. J’ai dîné en face du canal du Panama en janvier dernier, nous avons traversé une section du détroit de Magellan il y a quelques jours et nous naviguons maintenant sur le canal de Beagle… Papa Maman promis je n’embarque pas sur un voilier pour affronter le Cap Horn !

Beaucoup d’agences proposent des sorties en bateau pour aller découvrir le canal de Beagle, nous avons choisi d’y aller avec celle recommandée par notre hostel car c’est à bord d’un petit bateau avec peu de monde. Le départ se fait au port d’Ushuaia, nous embarquons avec une petite vingtaine de personnes et l’équipage, et nous partons vers l’est : nous allons aller jusqu’au phare Les Éclaireurs, un des symboles du canal. Il ne fait pas merveilleusement beau mais ça pourrait être pire, il ne pleut pas ! Notre guide nous explique mille choses sur la région et son histoire, et est intarissable en anecdotes, il nous transmet sa passion en un claquement de doigts. Il nous raconte la vie des peuples natifs d’ici notamment les Yamanas qui habitaient la ou est l’actuelle Ushuaia, mais aussi ceux qui vivaient sur les îles qu’on nomme aujourd’hui « îlots des éclaireurs ». Il nous raconte aussi ce naufrage d’un navire allemand au début du 20ème siècle, tous les passagers ont été sauvés mais le capitaine est retourné sur le bateau pour sombrer avec… Pendant que la bourgade d’Ushuaia qui ne comptait alors que quelques centaines d’habitants tentait de loger et nourrir tous les naufragés, qui étaient plus nombreux que les habitants ! Ushuaia est pleine d’histoire(s) on adore… On approche alors des îlots, sur lesquels dorment tranquillement des lions de mer, entourés par des cormorans. Plus loin sur un autre îlot, des centaines de cormorans qui s’agitent dans tous les sens ! En arrière plan se dessine le phare Les Éclaireurs, qui porte un nom français car il a été construit par Les français de l’expédition scientifique La Romanche menée par Martial. 

Après cette promenade entre les îlots (et un bon thé chaud) nous nous dirigeons vers une île sur laquelle vivaient des natifs il y a quelques milliers d’années. Nous descendons nous promener, nous voyons des vestiges de leur vie que le guide ne manque pas de nous commenter, puis comme le temps commence à sérieusement se gâter nous retournons vers le bateau, il est bientôt l’heure de rentrer au port… Le capitaine nous sert à chacun un shot de liqueur de café faite par l’équipage à bord du bateau, c’est délicieux, mais fort ! Nous arrivons alors au port, enchantées par cette excursion dont nous ne savions pas trop quoi attendre.

  • Excursion avec Patagonia Adventure Explorer : 1100 ARS
  • Taxe portuaire : 20 ARS


#3 Ushuaia vue du ciel…

En préparant le voyage, j’avais découvert l’existence d’un Aeroclub à Ushuaia et la possibilité de faire un tour en avion au dessus des montagnes et du canal de Beagle, les photos ont ensuite achevé de nous convaincre… Et mes copines ont ensuite décidé de m’offrir ce vol pour mon anniversaire, donc autant vous dire que nous y sommes allées en courant !

Nous avions décidé de faire le tour en fin de journée pour pouvoir profiter du coucher de soleil, particulier beau dans cette région… Nous avons donc rendez-vous au club à 18h30, nous rencontrons notre pilote qui nous explique rapidement les options de trajets que nous avons compte tenu de la météo assez nuageuse du jour. Il part ensuite préparer l’avion, nous sommes au comble de l’excitation !

Nous décollons alors, direction les montagnes au nord de la ville. Nous volons à côté du Mont Olivia, puis à côté de tous les autres sont j’ai malheureusement oublié les noms… Le spectacle est sublime, nous sommes très proches des montagnes nous n’avions jamais vu ça. Le soleil qui descend joue avec les montagnes et nous surprend entre deux sommets.

Nous arrivons alors sur le canal de Beagle, nous voyons le phare Les Éclaireurs et les îlots, nous remontons vers l’ouest en direction de la ville. Au loin, le soleil qui se couche danse avec les nuages, les couleurs sont superbes on n’arrive plus à décrocher un gigantesque sourire de nos visages… Le temps passe à une vitesse folle, cela fait bientôt une heure que nous volons, et devons rentrer. Notre super pilote nous remet des certificats de baptême de l’air, puis nous rentrons, admirant encore une fois le coucher de soleil, cette fois ci sur les voiliers dans le port.

  • Aeroclub Ushuaia : 150 USD le tour en avion d’une heure, par personne (jusqu’à 3 personnes par avion avec le pilote)


#4 Visiter les musées dans l’ancienne prison

Par le plus grand des hasards, nous étions à Ushuaia pour la nuit des musées. Nos journées étant bien remplies nous n’avions pas prévu d’en visiter, mais puisqu’il y a une nocturne… Sur les conseils des locaux nous sommes allées à l’ancienne prison d’Ushuaia, qui abrite aujourd’hui un musée sur la prison, un musée maritime, et diverses expositions. La visite est vraiment intéressante, tout est très documenté, on en apprend beaucoup sur l’histoire maritime de la ville (pas mal de documents relatifs au grand naufrage dont je parlais plus tôt) et surtout, se promener dans les cellules non éclairées à 23 heures a un petit côté Halloween qui était de saison !

#5 Faire du shopping !

Il y a environ 95% des boutiques qui proposent des produits « Made in China » tous plus déprimants les uns que les autres, mais les autres boutiques méritent qu’on s’y attarde… Notre préférée : La Tienda de Celeste (une dans le centre et une dans le port). Tous les produits sont faits localement par des artistes de la région, la sélection est très chouette et les prix restent abordables.

En Argentine : randonner autour du Fitz Roy

Nous sommes maintenant à El Chaltén, la capitale argentine du trekking ! Depuis la ville on voit déjà le mont Fitz Roy, majestueux, et on nous annonce un grand soleil pour les jours à venir, nos trois jours ici s’annoncent donc plutôt bien.

Le lundi, n’ayant que l’après midi nous décidons de ne faire qu’une petite randonnée, nous décidons donc de partir vers le Mirador de los Condores puis vers celui de las Aguilas. Nous nous promenons donc pendant trois heures sur les sentiers, profitant de superbes vues sur le Fitz Roy et sur ses voisins, ayant découvert l’existence d’un mont Saint Exupéry il devient rapidement notre préféré ! Depuis quelques temps maintenant il semble nous suivre, depuis l’île aux oiseaux de Puerto Madryn qui ressemble au boa qui mange un éléphant dans Le Petit Prince, jusqu’ici où un mont porte son nom, souvenirs de l’époque où il est venu diriger l’Aeroposta Argentina et où il beaucoup exploré l’Argentine. Nous découvrons aussi de belles vues du gigantesque Lac Viedma, qui nous paraît bien loin… Nous profitons de cette belle météo pour faire quelques photos souvenirs devant ces paysages que nous allons « attaquer » demain et après demain. Nous rentrons ensuite à l’hostel où nous retrouvons Pauline et Yanis, qui voyagent avec Hanna en Argentine pendant deux semaines, et qui ont fait en sorte qu’on se croise ! 


Mardi, au programme : le trek Laguna de los Tres, le plus difficile de tous les treks, mais apparemment le plus beau de tous alors on s’équipe et on décide d’y aller. Sur les conseils d’une jeune argentine travaillant à l’hostel, nous ne débutons pas le trek depuis la ville mais nous prenons un taxi jusqu’à El Pilar, afin de passer par la Laguna Piedras Blancas et de ne pas faire le même chemin et l’aller et au retour (accessoirement cela nous évite une grosse montée, on n’est pas contre…). Le taxi passe donc nous prendre à 8h30, nous dépose comme convenu au début du sentier à El Pilar, puis nous attaquons doucement notre trek, pour l’instant c’est relativement cool, le soleil est avec nous, la Laguna Piedras Blancas est sous la neige mais nous avons une superbe vue sur le glacier du même nom donc on est contentes d’être passées par ici ! Nous continuons ensuite jusqu’au point où nous rejoignons le sentier venant d’El Chaltén. Apparemment c’est ici que les choses sérieuses vont commencer, on appréhende un peu… et on a raison ! Un gros kilomètre avant la Laguna de los Tres un panneau met en garde les visiteurs en annonçant une ascension de 400 mètres en 1 kilomètre de marche, une pente à 40% entre rochers, petit ruisseau et blocs de neige/glace, on est prévenues… On attaque donc ce morceau, pas mécontentes d’avoir loué des bâtons de marche qui nous aident énormément ! Le soleil tape fort, on a chaud mais on est surtout très concentrées pour ne pas se rater… Heureusement qu’on est trois, on rigole bien et tout en est beaucoup plus agréable car pour l’instant on ne voit plus le Fitz Roy et on se demande comment ça va être une fois en haut ! On met plus d’une heure à parcourir ce kilomètre, mais une fois en haut rien ne peut enlever nos sourires de nos visages : nous marchons désormais dans 30-40 centimètres de neige, voyons de nouveau tous les pics enneigés, le paysage est surréel. La lagune est sous la neige, on imagine ce que ça doit être quand elle est bleu turquoise en janvier-février… On se pose sur des rochers face au Fitz Roy, déjeunons au soleil, en faisant fondre de la neige dans nos gourdes pour boire, l’eau est délicieuse c’est un vrai luxe ! On croise deux allemandes rencontrées à l’hostel qui nous conseillent de continuer à marcher un peu plus loin pour aller voir la Laguna Sucia (« lagune sale » en français, on n’a toujours pas compris pourquoi). Cette lagune n’est pas gelée mais d’un bleu turquoise incroyable, on est bien contentes d’avoir croisé les allemandes ! On repart ensuite, car on sait que la descente sera au moins aussi difficile que la montée, et qu’il nous restera ensuite 9 kilomètres de marche avant la fin du sentier (et évidemment l’hostel n’est pas juste après !). La descente est en effet une sacrée épreuve et nous pousse un peu à bout, on commence à être fatiguées et c’est difficile de rester en équilibre. Une fois arrivées en bas, on marche jusqu’au ruisseau repéré à l’aller pour pouvoir remplir nos gourdes et se faire un petit goûter, on est contentes d’avoir pris des bonbons car le sucre est le bienvenu ! On attaque ensuite le sentier menant à El Chaltén, en passant par la Laguna Capri. Nos jambes sont lourdes et nos pieds font mal, on se demande dans quel état on va arriver mais une chose est sûre : c’était tellement beau qu’on ne regrettera pas ! Nous finissions le trek en faisant régulièrement des petites pauses, guettant les panneaux indiquant les kilomètres nous séparons de la ville, puis finissons par arriver, fières de nous mais épuisées ! Nous passons faire quelques courses au supermarché puis rentrons à l’hôtel. Runtastic nous affiche un peu plus de 25 kilomètres au total, avec 1200 mètres de dénivelé positif (et autant de négatif évidemment…). On prend une bonne douche, un bon dîner et on s’écroule dans nos lits car demain on remet le couvert…




Mercredi en effet, les festivités continuent car non contentes d’avoir fait le trek le plus dur on veut maintenant faire le deuxième plus dur : le trek allant à la Laguna Torre. Bon, vu qu’on se réveille avec des pieds douloureux et de bonnes courbatures, on se demande dans quel état on va finir si c’est comme hier… Mais en se renseignant à l’hostel, on apprend que ce trek est quand même beaucoup moins dur que celui d’hier et qu’on ne devrait pas avoir de souci, il y a beaucoup de plat. Le trek fait 9 kilomètres de long et il y a en effet 4 kilomètres de plat mais tout le reste ce sont de bonnes montées et de bonnes descentes, on commence à détester les gros cailloux… Mais l’arrivée vaut bien ce petit effort : une lagune turquoise dans laquelle flottent des énormes morceaux de glaces, petite ambiance banquise. Derrière la lagune on découvre le mont Torre, sorte de petit frère du Fitz Roy, tout aussi beau. On déjeune rapidement car il fait un peu froid puis on repart vers El Chaltén, remplissant nos gourdes dans le ruisseau que nous avions trouvé à l’aller, dégustant cette eau bien fraîche et pure ! On fait quelques petites pauses bonbons/eau, et continuons notre chemin de retour, moins sympa que l’aller car on n’a pas le beau panorama en face mais dans le dos. On finit le trek en 5h30 en comptant les pauses alors qu’on nous annonçait 6 heures sans pause, on est super fières de nous car on a l’impression d’avoir le corps tout cassé tellement on a mal partout… On rentre donc à l’hostel et nous faisons un petit tea time avec un cake marbré presque aussi bon qu’un Savane :)



Nous reprenons ensuite le bus en direction d’El Calafate, notre dernière nuit avec Hanna car demain nos chemins se séparent : elle va à Buenos Aires avec Pauline et Yanis, nous prenons un bus direction Puerto Natales car vendredi nous commençons le W Trek à Torres del Paine que nous allons faire en 5 jours / 4 nuits, on n’a jamais fait ça de nos vies on se demande ce qui nous attend !

En Argentine : Bariloche et la Route des 7 Lacs

Après un bus de nuit de 14h, nous arrivons fraîches et disposes (ou presque) à San Carlos de Bariloche, la « suisse argentine » : chalets en bois, lacs de montagne, sommets enneigés et… restaurants de fondue !

Nous allons directement chez Localiza où nous avons loué une voiture pour deux jours afin de pouvoir explorer cette région de manière autonome. Une fois la voiture en main nous partons vers l’ouest de la ville en direction du Circuito Chico, une boucle promenant au milieu des plus jolis points de vue du coin, permettant de découvrir quelques lacs. Notre premier arrêt est au Cerro Campanario, afin de prendre le téléférique pour aller tout en haut et jouir d’une superbe vue sur les alentours : lacs et montagnes à perte de vue ! Le vent est froid et souffle fort, on se demande si on va survivre à ce voyage car on est loin d’être au sud, là où il fera VRAIMENT froid… On se promène en haut du Cerro et prenons quelques photos, puis profitons d’une terrasse au soleil et relativement à l’abri du vent pour pique niquer dans ce beau cadre. 
Nous reprenons ensuite la route pour continuer ce circuit, et faisons quelques arrêts « points de vue » en chemin, notamment à Llao Llao. Nous continuons jusqu’à Colonia Suiza, un village fondé par des suisses à la fin du XIXe siècle et comme les petits restaurants affichent « Strudel » à la carte on considère qu’un arrêt goûter s’impose… On choisit un mignon petit chalet avec des bons gâteaux et du thé et prenons notre goûter dans une atmosphère montagne qui n’est pas sans nous déplaire.
On repart ensuite en direction de Bariloche car la journée se termine, nous allons à notre hostel et découvrons avec joie que nous avons une chambre juste pour nous deux à la place du dortoir que nous avons réservé : grand luxe !



Le lendemain matin, après un bon gros petit déjeuner à l’hostel nous prenons la route en direction de Villa Angostura puis de San Martin de los Andes afin de parcourir la mythique Ruta 40 et en particulier la « Route des 7 lacs ». Des le début nous tombons sous le charme de ces paysages de montagnes, sommets enneigés et lacs immenses, on se sent toutes petites… Nous décidons de faire un crochet par Villa Traful, en plein milieu d’un parc naturel. La route est en terre battue mais en très bon état donc on peut conduire tranquillement en profitant du paysage, on arrive vers un lac gigantesque sous un grand soleil, le village est très paisible et nous trouvons un petit restaurant au bord du lac, la baie vitrée devant laquelle nous mangeons semblant être une carte postale. Nous reprenons ensuite la route, en nous arrêtant régulièrement aux miradors indiqués pour profiter de beaux points de vue, nous ne nous lassons pas de ces panoramas… 


Nous arrivons en fin d’après midi à San Martin de los Andes, une jolie petite ville aux pieds des montagnes et au bord d’un lac, dans laquelle nous allons passer la nuit. Le lendemain nous devons prendre la route à 6h du matin pour prendre notre avion à Bariloche, la nuit sera courte (et fraîche)… Il a même neigé pendant la nuit ! En reprenant la route nous découvrons des paysages surréels, des arbres couverts de neige et des lacs de brume. Il fait si froid dehors qu’on bénit le chauffage de la voiture ! 

Nous arrivons à l’aéroport de Bariloche pour découvrir que notre vol est retardé à cause de gros orages, on ne sait pas quand on embarquera ni quand on arrivera à El Calafate notre prochaine étape, où ma copine Hanna nous rejoint !

En Argentine : Punta Tombo et la Península Valdés

Nous commençons notre exploration de la Patagonie par Puerto Madryn, où nous posons nos valises pour trois nuits. Cette ville a l’avantage d’être idéalement située sur la côte atlantique, nous plaçant entre la péninsule Valdés et Punta Tombo, les deux lieux que nous souhaitons absolument visiter lors de notre passage ici.

La péninsule Valdés est un morceau de terre s’engageant dans l’Atlantique et qui est mondialement réputée pour la richesse de sa faune : baleines, orques (!), lions de mer, éléphants de mer, pingouins et oiseaux en tous genres… C’est un espace protégé, ce qui permet aux animaux de continuer à venir y séjourner sans être impactés par le tourisme. Un petit musée à l’entrée du parc nous explique tout sur le lieu mais aussi sur les animaux que l’on peut y trouver, notre guide complète ces informations en nous expliquant notamment le fonctionnement des baleines avec leurs bébés car c’est ce que nous allons voir… En ce moment les baleines que l’on voit sont les femelles avec leurs bébés, elles leur apprennent à respirer et à se nourrir. A la naissance les bébés baleines sont si minces (par rapport aux adultes…) qu’ils ne flottent pas ! En effet, la couche de graisse des baleines mesure entre 40 et 60 centimètres sous leur peau, ce qui leur permet de flotter. Des leur naissance les mères les aident donc en leur mettant sur leur dos. Nous avions choisi une excursion à la journée combinant la visite de l’île à un tour en bateau d’une heure pour s’approcher des baleines et les observer dans leur habitat naturel, sans les déranger. Nous embarquons donc à bord du bateau pour commencer ce tour, durant lequel nous aurons la chance de voir environ cinq duos mère/bébé, certains beaucoup plus joueurs que d’autres, venant ta proche du bateau, d’autres restant un peu à distance. Le spectacle est magique nous ne voyons pas le temps passer, on voit vraiment les baleines de très près nous ne nous  y attendions pas ! Par ailleurs la côte est superbe et permet donc d’avoir un cadre inoubliable pour observer ces baleines franches australes.


Nous continuons l’exploration de la péninsule en voiture, le guide nous donnant au fur à mesurées explications et anecdotes sur la région. Nous faisons différents arrêts pour admirer les paysages mais surtout la faune, et voyons notamment des pingouins, des lions de mer et des éléphants de mer !

À Punta Tombo les stars ce sont les pingouins Magellan : c’est la plus grosse colonie du monde de ces pingouins de 40-50 centimètres de haut. Nous avons choisi ici aussi de visiter ce site par le bois d’un tour, avec un guide que nous avons adoré tant il était passionné et passionnant ! Il nous a expliqué que les pingouins avaient commencé à pondre autour du 5 octobre et ayant fait notre visite le 10 ils étaient soit en train de couver, soit sur le point de pondre. Nous avons donc pu voir tous les nids de pingouins sur le site, et voir beaucoup de couples en train de couver leurs œufs (ils en ont en moyenne deux). Ici encore les animaux sont très respectés et le site a été construit de manière à ne pas interférer avec les activités des animaux, pour ne pas menacer leur reproduction. Les pingouins sont donc très à l’aise face aux humains car ils ne se sentent pas en danger, ils déambulent donc tranquillement dans le parc, et comme il y a des panneaux « priorité aux pingouins » (véridique) on s’arrête pour les regarder traverser tranquillement le sentier piéton… Le spectacle est incroyable, les pingouins sont là par MILLIERS (on compte le passage d’environ 1,2 millions de pingouins à Punta Tombo chaque année) et leurs nids aussi… Donc, littéralement, tous les mètres on voit un nouveau pingouin. On est comme des enfants en se promenant dans le parc, on ne pensait vraiment pas en voir autant ni d’aussi près ! La visite est inoubliable.

Sur la route du retour on s’arrête à Trelew, une ville fondée par les gallois il y a environ 150 ans et qui est aujourd’hui très célèbre pour son musée de paléontologie que nous allons visiter. La Patagonie est en effet une région très riche en fossiles, on y a d’ailleurs retrouvé les restes de ce qui est à l’heure actuelle le plus grand dinosaure du monde ! Le musée est petit mais très intéressant, et tous les fossiles vraiment bien mis en valeur, les commentaires du guide nous mettant en perspective tous les éléments. 


En pratique :

Peninsula Valdes : entrée 330 pesos pour les étrangers, le tour 1200 pesos sans le bateau, compter environ 1000 pesos supplémentaires pour le tour en bateau

Punta Tombo : entrée 250 pesos pour les étrangers, le tour 1200 pesos

Musée de paléontologie de Trelew : entrée 120 pesos